Abstracts

INFLUENCE DE L'INFECTION A CMV SUR LA CINETIQUE DE LA POPULATION LYMPHOCYTAIRE DANS LES 100 JOURS QUI SUIVENT LA GREFFE DE MOELLE : A PROPOS DE 10 CAS

Ben Azaiz M, Safra I, Hadri O, Lakhal A, Ben Othman T, Ben Hassen E, Ksouri H, Maaoui A, Ben Abdeladhim A

Le CMV est un virus qui présente un réel danger pour les patients immunodéprimés notamment les patients allogreffés, en effet chez ces derniers il est la première cause de mortalité. Plusieurs études ont été menées afin de comprendre la pathogénie de ce virus. Dans ce cadre on se propose d'étudier la cinétique des populations lymphocytaires selon la survenue ou non d'une complication a CMV. Nous avons mené une étude prospective sur une période de 8 mois (octobre 2006 / juin 2007). Nous avons colligé 10 patients ayant eu une greffe allogénique de moelle. L'âge moyen était de 25,9ans. Chaque patient a eu des prélèvements successifs à : j-8, j-1, j+8 de la greffe, à la sortie de l'aplasie (SA), SA+15, SA+30, SA+45. Sur ces derniers on a réalisé un suivi du profil des cellules immunitaires par CMF et une détection de l'antigène pp65 du virus CMV par IFI. Après greffe, sur un total de dix , quatre patients ont eu une réactivation CMV (CMV+), un seul parmi eux a développé une maladie à CMV. La comparaison de la cinétique des populations lymphocytaires des patients CMV+ et CMV- montre : · une élévation significative de la moyenne du pourcentage des cellules CD8 + chez les premiers à j - 8 et j+1 de la greffe, précédant la réactivation CMV. · Une augmentation de la moyenne du pourcentage des cellules CD4+ pour les patients CMV+ à la sortie de l'aplasie, succédant la réactivation CMV. Dans le groupe CMV+ le pourcentage des CD4+ est plus diminué chez le patient qui a présenté une maladie à CMV par apport aux patients qui n'ont présenté qu'une réactivation du CMV à la sortie d'aplasie. En concordance avec les données de la littérature on a trouvé une corrélation entre le profil des cellules immunitaires et l'infection à CMV, ce si dépend du stade évolutif de la maladie et du statut donneur receveur avant la greffe. Nos résultats suggèrent que le profil immunologique avant la greffe et à la sortie d'aplasie peut dégager une population à risque de réactivation CMV et prédire son évolution, d'où l'intérêt d'un monitorage des cellules immunitaires chez ces patients. D'autre études plus larges et ciblant plus spécifiquement des cellules anti-CMV sont nécessaires pour vérifier ces données et mieux comprendre la réponse anti -CMV, ce qui nous permettra d'agir plus efficacement contre ce virus chez les Patients allogreffés.
Accueil       Webmaster       Contact © Copyright 2010 - 2022 STI