Abstracts

Polymorphisme R620W du gène de la PTPN22 et maladies auto-immunes

I. Sfar, T. Dhaouadi, H. Aouadi, L. Abdelmoula, S. Aouini, N. BelHaj,R. Daghbouj, T. Ben Rhomdhane, S. Jendoubi-Ayed, R. Zouari, K. Ayed, Y. Gorgi

La PTPN22 est une tyrosine phosphatase exprimée à la surface de différentes cellules hématopoïétiques. A l'instar de la molécule CTLA-4, cette tyrosine est impliquée dans la régulation négative des lymphocytes T activés en inhibant les kinases intracellulaires nécessaires pour la transduction du signal via le TCR. Récemment, un polymorphisme fonctionnel R620W du gène de cette protéine a été identifié par différents auteurs comme étant un facteur de susceptibilité à la survenue de diverses maladies auto-immunes, en particulier le diabète insulinodépendant, la polyarthrite rhumatoïde (PR) et le lupus érythémateux systémique (LES). Dans le but de rechercher une éventuelle association entre ce polymorphisme R620W et la prédisposition au LES et à la PR en Tunisie, une étude moléculaire du gène de la PTPN22, par PCR RFLP a été menée chez 100 sujets témoins, 133 patients suivis pour PR (G1) et 132 malades lupiques (G2). Comparativement aux témoins (2%), la fréquence du génotype hétérozygote W/R est statistiquement plus élevée chez les malades du G1 (22,5%) et G2 (11,4%) (respectivement p<0,001 et p<0.01). De même, l'allèle W est statistiquement plus fréquent au cours de ces 2 pathologies par rapport au groupe témoin(p<0.05). Dans le G1, l'analyse clinico-biologique révèle que la prévalence du génotype W/R est statistiquement plus importante chez les malades avec un mode de début polyarticulaire (76%) par rapport à ceux avec un début monoarticulaire (23%) (p :0.03). Toutefois, aucune différence statistiquement significative n'a été notée entre ce polymorphisme et les lésions osseuses, l'activité de la maladie et la production d'auto-anticorps au cours de la PR. Dans le G2, les patients lupiques de génotype W/R développent plus fréquemment des atteintes articulaires (100%) et des anticorps anti-DNAnatifs (93%) comparativement à ceux retrouvés chez les patients de génotype R/R (respectivement 78% et 63%) (p<0.05). Le polymorphisme fonctionnel R620W du gène de la PTPN22 constituerait un facteur de prédisposition au développement du LES et la PR dans la population Tunisienne. Le génotype W/R serait impliqué dans les mécanismes pathologiques de l'atteinte articulaire au cours de ces deux maladies auto-immunes. Néanmoins, il ne semble pas influencer le profil évolutif des deux pathologies.
Accueil       Webmaster       Contact © Copyright 2010 - 2022 STI