Abstracts

CORRELATION DU TAUX SERIQUE DU BAFF AVEC LE SCORE DE SEVERITE DU PSORIASIS

S. Samoud, Y.Galai, N. Kenani, R.Shiri, N.Gheriani, H. Louzir

Introduction : Récemment, une élévation sérique du niveau du BAFF, le facteur d'activation des cellules B de la famille des TNF, a été détectée chez des patients souffrant de maladies autoimmunes spécifiques d'organes notamment celles ciblant la peau comme la sclérodermie cutané ou la pemphigoide bulleuse. En réponse au BAFF, les cellules B peuvent produire un taux élevé d'autoanticorps et d'IL-10. Objectif : Dans cette étude, nous nous proposons de déterminer en premier lieu, le dosage sérique du facteur BAFF et des différents autoanticorps. Secondairement, on rechercherait une éventuelle corrélation entre les taux de BAFF et ceux des anticorps ainsi qu'une association possible entre ces taux et l'activité de la maladie. Matériel et méthodes : Des prélèvements sériques ont été effectués chez 51 patients psoriasiques et 30 volontaires sains. La sévérité de la maladie a été évaluée grâce au score de PASI. La détermination du niveau du BAFF s'est reposée sur une technique ELISA sandwich utilisant un kit commercial (Quantikine, R&D Systems, Minneapolis, USA). De même, plusieurs autoanticorps ont été recherchés à savoir, las anticorps anti-nucléaires (AAN) par immunofluorescence indirecte (IFI) sur des cellules Hep-2 (Diasorin), des auto-anticorps anti-ADN natif par IFI sur crithidiae luciliae, des anticorps (Ac) anti-ENA par ELISA (The Binding Site), et les anticorps anti-peptide cyclique citrulliné (anti-CCP) par ELISA (Euroimmun). Résultats: Une élévation des niveaux sériques du BAFF par rapport aux sujets contrôles a été objectivée (P<10-3). Plus intéressant encore, le niveau d'expression de cette cytokine est corrélé avec le score de sévérité de la maladie (r=0.507, P<10-3). De plus, les formes souffrant de rhumatisme psoriasique (PsA) se distinguent des autres formes sévères par des taux de BAFF plus importants (P=0.044). Enfin, 27.5% des patients de notre série présentent des AAN. Cependant leur présence n'est pas corrélée ni avec la sévérité ni avec le niveau du BAFF. Conclusion : Ces résultats laissent suggérer que le BAFF peut contribuer à la pathogénie du psoriasis. Il pourrait être considéré comme un marqueur de sévérité de la maladie notamment chez les PsA. Ainsi, l'incrimination de cette cytokine dans les affections rhumatismales et ou celles caractérisées par une inflammation chronique semble de plus en plus attractive.
Accueil       Webmaster       Contact © Copyright 2010 - 2022 STI